20/08/2013

La crise des oeufs conséquence indirecte de l'interventionnisme des états

La crise des oeufs est la conséquence indirecte de l'interventionnisme des états, en l'occurence la directive européenne sur le bien-êre des poules élevées en batteries et sa transcription en France.

L'an dernier la crise c'était pas assez d'oeufs car les producteurs devaient modifier leurs équipements pour se conformer à la directive européenne - "plus d'espace pour les poules"; du coup la production était inférieure à la demande; et pour équilibrer le marché - la consommation à la production, les prix s'étaient élevés; les producteurs trouvaient là un motif pour accroître leur capacité de production en même temps qu'ils s'adaptaient.

Cette année, les poules sont plus à l'aise, se portent mieux, pondent davantage et avec l'accroissement de la surface des batteries, la production d'oeufs excède largement la consommation. Pour équilibrer le marché et faire croître la consommation, les prix doivent baisser; et si cela ne suffit pas et que certains producteurs - les moins performants - ne couvrent pas leurs coûts de production, il faut que la production baisse, c'est à dire que les producteurs les moins performants disparaissent ou que l'ensemble de la filière diminue sa production. Autre solution, que nos producteurs exportent vers des pays qui veulent acheter des oeufs. Mais qui? et ne devra-t-on pas subventionner les producteurs exportateurs?... En savoir plus...

- La filière va exporter d'urgence 15 millions d'œufs
- Pourquoi il y a trop d'oeufs sur le marché?
- Pourquoi cette surproduction ?
- Face à la crise, les producteurs d’oeufs veulent exporter